Poèmes du poète noir

J’écris mon histoire, j’écris ma poèsie, j’écris mes pensées. Toi qui te prépares à franchir cette porte. Saches que tu te prépares à franchir la porte de mon esprit.

13 juillet 2006

Mon premier essai poétique depuis plusieur mois

ouaaaaaaa ça fait bien quatre mois que je n'ai pas touché à mon stylo et voila c'est arrivé cette nuit a 2 heures du matin alors voici mon premier essai, je sais c'est nul mais je suis tout rouillé soyez indulgent !smile/eek.gif

Un soir , dans un silence
toujours aussi glacial
surgit une étoile
aux couleurs écarlates

Il scintilait furtivement des larmes de glaces
glissant douloureusement
le longs de ce visage sans regard
oublié un beau jours dans les yeux d'un amant

Dans sa robe du soir
cette magnifique déesse
Essayait d'oublier ses rêves retrouvés
En ce soir d'été

Mais ses rêves devenus fantasmes
sans cesse la poursuivaient
bientôt tout devint noir
elle espérait l'inconcevable

La petite étoile
s'éteignit peut a peut
assassinée par ses rêves
pour bientôt ce confondre

A cette nuit noir de jais ...

Posté par poete_noir à 02:23 - Commentaires [4] - Permalien [#]

Commentaires

    si seulement je pouvais être rouillée comme ça!!!continu tes poèmes sont très beaux!!!!

    Posté par le ta cousinette, 20 juillet 2006 à 16:22
  • Charmée

    Bonsoir
    J'ai trouvé votre blog à partir du site de Seb Lhéritier et je dois dire que je suis intéressée par votre poésie ! L'étoile de l'histoire s'est éteinte alors que la vôtre se rallumait ! Un sympathique hasard non ?
    Poétiquement

    Posté par Moun, 09 septembre 2006 à 21:36
  • Oui je n'y avait pas penser ... coincidence ??? je sait pas surement .
    Merci pour le comentaire .
    et tu peut dire tu ça me fait trop byzare quand on me vousvoie .

    Léo

    Posté par Nathalie, 20 octobre 2006 à 20:24
  • Oui je n'y avait pas penser ... coincidence ??? je sait pas surement .
    Merci pour le comentaire .
    et tu peut dire tu ça me fait trop byzare quand on me vousvoie .

    Léo

    Posté par Nathalie, 20 octobre 2006 à 20:24

Poster un commentaire